ZAD [Zone à défendre]

Bureau nomade ou armoire à penser
(
musée imaginaire)

Nouveau projet en 2020 à l’occasion du lancement d’À bas ! la Liberté.

Avec un « livre-monde » l’entreprise est risquée (à moins d’y faire entrer l’Univers en son entier). Afin d’éviter le bric-à-brac j’ai limité la Matérialisation à « tout ce que pouvait contenir mon Davenport ».

À bas ! la Liberté est daté d’un lieu énigmatique qui sent bon l’Angleterre : Davenport.

Ce n’est pas un lieu géographique.

Mais un petit secrétaire à abattant de 55 centimètres sur 55 et de 82/65 centimètres de hauteur. Reposant sur deux colonnes sculptées avec quatre tiroirs sur le côté droit. Il doit son nom à un officier de marine qui à la fin du XVIIIe siècle avait commandé – à la manufacture Gillows à Lancaster – un petit « bureau de campagne militaire ». Facilement transportable et pouvant contenir un nécessaire d’écriture + des livres + de petits objets + des documents. En d’autres mots : le cubage qu’un officier britannique en partance avait le droit d’emporter (en dehors de sa malle de vêtements).

Mon Davenport ne voyage pas. Il me sert d’écritoire et d’univers en soi = équivalent miniature de la Tour de Montaigne

Plus d’infos sur Montaigne : se reporter dans le sommaire à « écriture perpétuelle »

Je sens que vous allez me demander : Pourquoi Davenport ? L’idée d’utiliser pour ce voyage dans l’au-delà de l’écriture le cubage d’un Davenport m’est venue en visitant un purgatoire → ce qu’on appelle dans le langage courant une maison de retraite. Où vous avez le droit d’apporter quelques objets personnels : en gros ce que contient un Davenport…

Sorte de restriction du monde matériel avant privation totale !


Outre le nécessaire d’écriture (ordinateur portable Apple) mon Davenport contient un ensemble d’artefacts. Pour ne citer que ceux visibles sur la photo : 
Le Nikon F photomic ftn n°7081942 acheté chez Panajou allées de Tourny à Bordeaux / un CD des Sex Pistols / Bibi la Bibiste de Raymonde Linossier / le magazine Photo numéro 16 de janvier 1969 / une barre de MARS / Tintin au Tibet d’Hergé / une photo de la Renault frégate du Grand Roux / la Colombe de la Paix dessinée par Picasso / un bouquin dédicacé par un ange (Caroline Carlson) portant la mention manuscrite No Name for Love / M Train de Patti Smith / une représentation couleur sur support métallique du paquebot France / un cendrier offert à l’Élysée sur lequel figure un chêne stylisé entouré des mots suivants : François Mitterrand Président de la République française / un jeton de caddie à l’effigie Carrefour / une bouteille plastique à l’effigie de la Vierge de Lourdes remplie d’eau de la grotte de Massabielle / un dôme de plastique avec la Vierge entourée d’eau imitant une pluie de roses quand on secoue / des oeuvres d’art « portatives » : une nana de Larrivaz roulée dans un tube de plastique transparent (Marie D.) – une fourrure entourrant une Venus de Pascal Margat – L.H.O.O.Q. de Paëlla? (Hélène L.) – Confiture au blé et à l’oseille de Dix10


/ le couteau de pêche et le porte-clés ornés d’un gardon articulé en provenance de l’épicerie-bistrot- tabac-dépôts-de-journaux-et-de-bouteilles-de-gaz-butane de monsieur Alfred Bérot que t’avait offert le Bertou un jour de pêche miraculeuse / le numéro de Paris-Match du 4 janvier 1975 titré : « Tout a changé » avec une photo du Président Giscard d’Estaing et une autre de Sylvia Christelle qui incarne Emmanuelle dans le premier film érotique grand public / une chaussure à l’effigie du PSG / Psychanalyse des Contes de Fées de Bruno Bettelheim / le livre de Tony Saulnier : Les Papous coupeurs de têtes – 167 jours dans la préhistoire / une publicité du Musée imaginaire du grand Roux collectionneur d’objets ayant touché le corps féminin / un disque vinyl les Sex-Pistols et Song from the Room de Léonard Cohen


/ un Flyer publicitaire de 10x7cm permettant de prendre contact avec un médium-voyant discret pour problèmes tout-terrain. Sur laquelle figure le texte suivant :

« Paiement après résultat. Efficacité. Très connu pour ses excellents travaux et l’efficacité de ses dons. L’honnêteté est la base de son travail sérieux. AMOUR – AFFECTION – CHANCE – TRAVAIL. Spécialiste de retour de l’être aimé, même les 25 cas les plus désespérés. Impuissance sexuelle. La malchance vous poursuit ? N’hésitez pas à me rencontrer. Résultat dans tous les domaines. Discrétion assurée, pas de problème sans solution. 25 ans d’expérience : RÉSULTATS GARANTIS ET EFFICACES à l’aide d’une voyance claire et approfondie résultat sous quelques jours. »
Etc.

ZAE (zone à éviter) : on marche sur des œufs

Déroulement : le droit d’entrée est précisé sous forme d’injonction dans l’invitation → Apportez six œufs ! Sur lesquels « on » recommande d’inscrire des titres de livres et des noms d’auteurs (adorés ou détestés).

Comme les CRS gardaient l’entrée d’Une Semaine d’événements indigestes avec leurs gourdins démesurés et vis-à-vis desquels il fallait montrer patte blanche… il faut franchir une sorte de Styx. Qui n’est pas – comme dans la mythologie grecque – une rivière d’eau (affluent de la Haine) mais une ZAE (Zone à éviter) composée d’œufs.

Pas de barque pour traverser la ZAE : mais des chaussures PGV (Passage à grande vitesse). Deux modèles :
1- Reposant sur 5 pointes d’acier (censées se glisser entre les œufs sans les écraser).
2- A fond plat pour aplatir les œufs. Représentant la censure qui n’est plus celle des Etats mais de la populace à travers le Net et l’information en boucle (sous le masque de la bienveillance). On pense en particulier au « politiquement correct » (affluent de l’enfer pavé de bonnes intentions).

Passage cyclonique tous les quarts d’heure → tempête sur les réseaux sociaux. Durant (et Dupont) lesquelles le port du modèle à fond plat est le seul mode de transport autorisé.

Ceux ayant vaincu l’épreuve… accèdent librement à la ZAD = Zone à défendre… et se retrouvent immergés dans l’univers d’À bas ! la Liberté (parcourt-labyrinthe).
Comprenant un ensemble d’ateliers et attrapes organisés dans les Catacombes (reconstitution) : Participation à une séance d’adoration du nombril (dans le Temple des Adorateurs du nombril) / Cure de désintoxication pour les accros du Net en présence du Grand Maître CRABE-MARTEAU (location de marteaux pour ceux qui auraient oublié le leur) / Visite du Temple du Verbe incarné avec reprise à l’ouïsson de « Smart à falzar l’alpaga » / Sans oublier la découverte du Grand lophophore resplendissant (à ne manquer sous aucun prétexte) / ou encore :
Séance yoga face au Pacifique (avec brume 29 degrés Celsius soit 84,2 Fahrenheit) /

Fantômes sonores À bas ! la Liberté :
•  Gabrielle va à la piscine Didot
•  Que je t’aime d’accueil à Mouchotte
•  Contrepoint d’oiseaux-clarinette dans le ciel de Prades
•  Concert de chasse d’eau (bande sonore du film : Viens faire un tour où poussent les mousses et les champignons)
•  Horloge parlante donnant toujours la même heure (Temps universel)