Scriptorium

Dix10 [Interdit d'interdire, Nantes 1992]

Signer le monde… ou le nommer !

Dans les arts plastiques l’écriture est utilisée  pour « signer » les œuvres (depuis le peintre Jean Fouquet). D’où l’idée d’A-NY (dans À bas ! la Liberté) de « signer le Monde» (Dieu ayant oublié d’y laisser sa signature)

Ce ne sont pas ces « civilités » qui nous occupent ici mais l’écriture et les mots qui participent à l’œuvre elle-même. De façon habituelle (Dix10 / Paella). Ou occasionnelle (Margat / Lhote / Larrivaz).

• Groupe Dix10 [Roma Napoli & JJ Dow Jones]

1994  DIX10 – CADAVRE EXQUIS – Site du Rotin, Champigny-sur-Marne

PLUS ÉPICURIENS QU’ÉPICURE
L’association Eirôneia  programme pour mars sur le site du Rotin, friche industrielle de Champigny-sur-Marne, l’exposition collective Cadavre exquis. Fameux jeu surréaliste, le cadavre exquis consiste pour chacun des participants à écrire à tour de rôle une partie d’une phrase sans savoir ce que le précédent à écrit.
Un large stand en plein air va donner au public l’occasion de créer une œuvre interactive à l’aide d’un jeu s’appuyant sur le langage. Dans un énorme chapeau en carton nous plaçons de petits rouleaux de toile bleue ou orange reprenant chacun un mot tiré de la Lettre sur le bonheur d’Épicure.
Chaque participant pioche un mot dans le chapeau et l’épingle sur un des fils tendus à cet effet entre deux piquets. L’ensemble de ces rouleaux contient l’entier du texte qui va être reconstitué complètement chamboulé, puisque les gens les placent où bon leur semble sur la structure qui ressemble avec ses cinq lignes horizontales à une partition de musique.
La performance achevée, dévoile un texte nouveau qui peut paraître abscons mais qui restitue le sens profond du texte initial donnant ainsi cette impression étrange que l’ordre des mots semble importer moins que leur simple présence.

« Il y a presque 40 ans que le groupe Dix10 agite le milieu de l’art contemporain pas ses œuvres inclassables, provocatrices et ironiques, décalées et profondément en prise sur leur temps. Nous pouvons prendre toute la mesure de leur création, comprendre les liens qu’elle entretient avec notre époque et surtout saisir toute la puissance visionnaire des positions prises, défendues et tenues par les artistes tant vis-à-vis des pratiques artistiques que du milieu de l’art »

Jean-Louis Poitevin [ écrivain, critique d’art et docteur en philosophie. Co-fondateur de la web revue culturelle TK 21]  www.dix10.net

• Hélène Lhote


Photo gauche : Empreinte 1993 – 38 x 26 cm, acrylique et typographie sur Vélin de Rives. / Solomonie la Possédée, poème dramatique tiré du conte d’Alexei Remizov par Gilbert Lely.
Photo droite : Empreinte 1993 – 38 x 26 cm, acrylique et typographie sur Vélin de Rives./ Le Roman de Tristan et Iseut, la voix du Rossignol.

A partir de formes Hélène Lhote nous fait entrer dans la ronde ludique de ses inventions car il lui importe de lancer « la partie ». Pour quel gain ? Celui de nous faire entrer dans un registre de simulations sensorielles et visuelles qu’elle fabrique dans son laboratoire créatif.  www.helenelhote.com

• Paella? : sentences alambiquées [plus ou moins] saupoudrées d’humour


Photo gauche : L’Anneau Vertueux – PAELLA? 2018 – acrylique/bâche 216 x 110 cm (coll. part.)
Photo droite : L’Hyperbole des m’as-tu-vu – PAELLA? 2014-2019 – huile/rideau 170 x 280 cm.

De 1985 à 2000 il signe « Paella Chimicos » ses compositions aux personnages élastiques encadrées par une phrase. Depuis, « PAELLA? » à pris le relais. Animé par une perpétuelle révolution picturale intérieure l’artiste – aussi activiste urbain – extrapole une comédie humaine où s’animent ses bonhommes spiralés en d’énigmatiques scènes, flanquées de sentences pas moins alambiquées, saupoudrées d’humour.
www.paella2.com    www.autopsiedugreco.com

• Pascal Margat : SMS / Rébus / et devinettes

Après s’être intéressé aux lettres et à la formation des mots, à la reconstitution d’idées ou de phrases par l’utilisation de la sonorité des voyelles et des consonnes selon le principe du SMS, Margat réintroduit des images dans son travail. Mélangeant les lettres , les pictogrammes et les représentations d’objets il compose des rébus dont le sens n’est toujours pas très explicite même pour lui. Le mystère de ces assemblages, renforcé par leur aspect gravé procure un questionnement, un peu comme la vue d’une formule mathématique complexe ou de hiéroglyphes peut laissez perplexe le spectateur non initié. Mais ces images dont la signification cachée nous attire bien que leur compréhension nous échappe, n’ont pas pour vocation d’avoir la précision de l’écriture mais possèdent un pouvoir imaginatif infiniment plus grand. Pascal Margat – Frigo 6 (Paris – 13e)

• Larrivaz : matérialisation d’écriture

Ce qui différencie la matérialisation de l’illustration c’est qu’elle est issue d’un télescopage ou procède de la démarche inverse. C’est de ce point de vue que s’entend le travail de Larrivaz et son rapport à l’écriture. 

Illustration : Morceau de Gironde / page de gauche Une Semaine d’événements indigestes : A mesure qu’on découvre à travers les mots la nana sur les pages de droite on la visualise sur les pages de gauche. Le tour de France en autocar / Série de cartes postales  » Larivaz me tue » (répétition) – Photo Le Courrieux.
larrivaz.com